Malabo:  26°C | Rocío: 24°C
   Madrid:  06°C | Rocío: M0°C
 Malabo 23:13     Madrid 23:13
Miércoles, 22 de noviembre de 2017
Logo de genet  
      Buscar: en:   Noticias   Enlaces   Anuncios  

Login

Home
Intro/Ayuda
Noticias
Anuncios
Autores
Lenguas
Foro de Debates
Apuestas
Quiz
Calculador de Francos CFA a Euro
Calculador de Euro a Francos CFA
F CFA <---> Euro
Cambios Recientes
Contacto
Suscribirse
Foro/Chat
Estadística
Enlaces
Documentos
Promoción
Su página de inicio
Recomendar

¡Viva Patricio Nbe!

Visitas desde
06/02/2003 :


Galeria de Ilustres de Guinea Ecuatorial

Formato para impresión Email anterior Noticias posterior Compartir en Twitter

Editorial

LOS TROFEOS GINEBRINOS DE LOS HIJOS DEL PRESIDENTE


publicado por: REDACCION guinea.net el 27/10/2017 19:45:03 CET

Les trophées genevois des fils du président


1. Une Rolls-Royce couleur crème

Une maison carrée domine la route d´Hermance, à Anières. Vide. Quand on sonne, personne ne répond. Seul signe de vie, une lumière allumée, jour après jour, sans doute une mesure de sécurité. Les faux palmiers sur la terrasse sont en berne et sur la boîte aux lettres, aucun nom. A côté du portail, six lettres en majuscules griffonnées au stylo vert sur un autocollant d´une société de sécurité privée: «OBIANG», peut-on lire. 

Le propriétaire, Justo Obiang, utilisait souvent une Rolls-Royce cabriolet couleur crème, accompagné de son chauffeur et d´un assistant. On ne la voit plus. Sa voiture de luxe italienne rouge a disparu. Des voisins ont fait état d´un SUV, d´une Lamborghini blanche, d´une Bentley noire. Plus rien désormais.

Quel contraste avec le ballet des années précédentes. Ce printemps encore, les voitures entraient et sortaient régulièrement par le portail. Au quotidien même, avant la fin d’octobre 2016, quand la justice genevoise a ouvert une enquête pénale pour blanchiment d´argent contre Teodoro Nguema Obiang Mangue, dit Teodorín, le vice-président de la Guinée équatoriale, fils aîné du président et frère de Justo, l´homme à la Rolls-Royce. 

La maison semble déserte depuis le 20 juin, date du séquestre à Cointrin de l´avion présidentiel de ce petit pays africain. Cette saisie fait suite à une autre procédure, civile, initiée par le groupe de télécommunications Orange contre le régime équato-guinéen, qui lui doit une grosse ardoise.

Jusque-là, Teodorín venait bien quatre fois par an à Genève. Il ne boudait pas les palaces du canton, de Gstaad ou de Montreux pour le festival de jazz. Mais c´est chez son frère à Anières qu´il aurait logé le plus souvent. 

Ces douze derniers mois, on ne l´a pas revu. Comme si la Suisse, à laquelle Teodorín s´était acclimaté et que Justo connaît si bien depuis son adolescence, et dont il a obtenu la nationalité, s´était soudainement retournée contre eux.

Les principales procédures en justice contre Teodorín Obiang

Janvier 2009 - en coursOuverture d´une enquête en Espagne. La justice soupçonne la famille Obiang d´avoir blanchi de l´argent dans des biens immobiliers.
2011 - octobre 2014La justice américaine ouvre une enquête pour blanchiment d´argent. Un accord est trouvé en octobre 2014. Teodorín doit notamment verser 30 millions de dollars.
Mars 2013 - en coursLa société française Orange dépose une requête d´arbitrage devant la Chambre de commerce internationale (CCI) à Paris, la Guinée équatoriale lui devant une grosse somme d´argent..
14 juin 2016 - en coursLa Guinée équatoriale introduit une instance contre la France au sujet d’un différend relatif à l’immunité de juridiction pénale de Teodorín et au statut de l’immeuble qui abrite son ambassade en France.
Octobre 2016 - en coursLe Ministère public genevois ouvre une procédure pour blanchiment d´argent.
Janvier 2017 - en coursPoursuite par le cabinet d´architectes Inter Art Etudes à Fribourg, où sont basées les sociétés gérant un immeuble à Paris qui a appartenu au prévenu. Motif: une dette de 1,1 million de francs.

Justo Obiang, fils du président et frère du vice-président de la Guinée équatoriale, a acheté une maison à Anières en 2014. Georges Cabrera

2. Défis pour les procureurs genevois

Les deux procédures judiciaires semblent déjà avoir eu un effet: la famille présidentielle de Guinée équatoriale coupe des ponts établis avec Genève depuis des décennies. Pour les régimes autoritaires qui vivent du pétrole et qui ont leurs habitudes dans le canton, comme celui de Malabo, c´est un signal fort: la justice s´intéresse à eux, peu importe qu´ils fassent tourner l´économie au bout du lac.

L´enquête genevoise fait suite à des poursuites intentées aux Etats-Unis et en France. Outre-Atlantique, c´est l´achat par le fils aîné du président d´un domaine à Malibu en 2006 qui a mis le feu aux poudres. Les procureurs ont ouvert des poursuites contre Teodorín pour blanchiment d´argent et un accord est tombé en 2014: l´homme d´Etat a dû verser 30 millions de dollars. 

En France, Teodorín, qui gagnait officiellement 80 000 dollars par an selon la justice, met 25 millions d´euros sur la table à la fin de 2004 pour acquérir un immeuble à Paris, sur l´avenue Foch. Des associations portent plainte à la fin de 2008 notamment pour blanchiment d´argent, ce qui a abouti à un procès cet été à Paris. Teodorín ne s´y est pas rendu. A la place, il organisait une grande fête pour son 48e anniversaire dans la banlieue chic de Malabo. Thème de la soirée: gangster des années 30. Pour l´occasion, il fit venir des cuisiniers d´Italie et des décorateurs des Etats-Unis.

Teodorín a été condamné ce vendredi 27 octobre à trois ans de prison avec sursis et trente millions d´euros d´amende avec sursis par la justice française. Le tribunal a aussi ordonné la confiscation de l´ensemble des biens saisis, dont l´immeuble de l´avenue Foch.

A Genève, les procureurs soupçonnent le fils aîné du président d´avoir fait acquérir des biens au nom de l´Etat équato-guinéen, mais pour son bénéfice personnel, par le biais d´intermédiaires helvétiques. La maison de son frère à Anières est en revanche laissée de côté par le Ministère public.

Les poursuites aux Etats-Unis ont incité Teodorín à privilégier la France. L´enquête hexagonale l´a ensuite poussé vers la Suisse. Le vice-président est rentré au pays, son petit frère a été aperçu à Los Angeles. Justo, lui, a été convoqué à l´Office des poursuites genevois il y a deux semaines. Encore une procédure.

La famille Obiang

L´argent du pétrole

Le pétrole, découvert en 1991, a fait de la république le pays au PIB par habitant le plus élevé d´Afrique, dans le sillage de la Belgique. Elle est le troisième plus gros producteur de brut du continent – tout est offshore. Les cours du brut qui ont chuté et une baisse de la production en Guinée équatoriale ont engendré une crise économique au sein du pays.

Les négociants suisses – Glencore, Trafigura, Mercuria et Gunvor en tête – étaient en 2013 de loin les principaux acheteurs de brut en Guinée équatoriale, selon l´ONG Public Eye. Mercuria et Gunvor? Deux de ses cadres à Genève, Seth Thomas Pietras et Matt Lauer, ont travaillé pour Qorvis Communication (le second y est encore son vice-président). Cette agence américaine a été mandatée par Malabo pour polir l´image du régime, selon le magazine Foreign Policy, ce qu´elle fait encore aujourd´hui. Seth Thomas Pietras et Matt Lauer ont rencontré à plusieurs reprises les plus hautes instances du pays, en Guinée équatoriale et aux Etats-Unis, mais pas dans le canton.

Le clan Obiang siphonnerait le brut pour son profit personnel, selon des ONG. Plus précisément, «le président, Teodorín, Constancia Mangue Nsue Okomo, Gabriel Mbega Obiang Lima, Justo Obiang, Pastor Obiang et d´autres», a indiqué Delfin Mocache Massoko, fondateur du journal indépendant Diario Rombe, cité en tant que témoin durant le procès de Teodorín à Paris cet été.

Le président Teodoro Obiang Nguema Mbasogo a été réélu à de nombreuses reprises depuis son coup d´Etat en 1979. Toujours avec plus de 90% des voix. Reuters

3. Une «kleptocratie»?

Justo et Teodorín? Il y a aussi Pastor, frère jumeau de Justo. Ils incarnent le sommet du pouvoir équato-guinéen, juste derrière le couple présidentiel. Les jumeaux refusent d´entrer en politique, mais ça ne change rien. «Tout appartient à la famille, en Guinée équatoriale», selon une source. L´immobilier, les grandes entreprises, les banques, les sociétés pétrolières, les aéroports, rien n´échappe au clan Obiang. Il est élargi, le président aurait eu plus de 40 enfants, mais les trois qui comptent le plus sont ceux de Constancia Mangue Nsue Okomo, la première épouse: Teodorín, Justo et Pastor.

Aucun autre pays ne serait à ce point sous l´emprise économique du politique. Toute société étrangère active dans le pays doit céder plus du tiers de son capital à des ressortissants nationaux, prévoit la loi équato-guinéenne. En général la famille et ses proches.

Le sommet de la pyramide détient aussi les postes clés. Justo dirige une société de stockage et de distribution de pétrole, Pastor s´occupe d´un opérateur téléphonique et dirige une des plus grosses firmes industrielles du pays. Teodorín gérerait Somagui Forestal, un poids lourd du commerce du bois. Le ministre du pétrole, Gabriel Mbega Obiang Lima, est leur demi-frère. «Mais les ministres n´ont aucun pouvoir par rapport à la famille de la première dame», selon notre source. 

Le pays, c´est son œuvre et il l´a sauvé. Dans tous ses discours, le président évoque la terreur du régime précédent, celui qu´il a renversé trente-huit ans plus tôt. Teodoro Obiang Nguema Mbasogo est le chef d´Etat en fonction qui est resté le plus longtemps à son poste en Afrique. Quand il prit la place de son oncle au sommet du pays en 1979, Pierre Maudet n´avait pas deux ans.

Le président a longtemps été le seul chef d´Etat africain à figurer dans la liste du magazine Forbes des personnalités les plus riches au monde. Le pays, la dernière fois qu´il est apparu dans l´indice de perception de la corruption de Transparency International en 2013, pointait au 169e rang sur 177. L´ONG évoque un régime «kleptocratique». 

En Guinée équatoriale, une bonne partie de la population vivrait sous le seuil de pauvreté.

En Guinée équatoriale, les routes sont en excellent état mais une bonne partie de la population vivrait sous le seuil de pauvreté, selon des ONG. Reuters

Depuis la découverte du pétrole en 1991, les infrastructures se sont développées comme nulle part ailleurs dans la région. Le réseau routier est en parfait état, quasiment chaque foyer a l´électricité. Les aéroports et les stades de football sont flambant neufs, une ville est en construction. Mais l´opposition est muselée, bien plus que dans les pays voisins; l´éducation et l´accès aux soins médicaux viennent à manquer. Une importante part de la population vit sous le seuil de pauvreté.

Le régime est fasciné par la Suisse. En 1979, dans la foulée de son coup d´Etat, Teodoro Obiang rêvait déjà de faire de son pays la «Suisse de l´Afrique». Au début de 2017, à la télévision nationale, il confiait encore son amour pour Genève, cette «petite ville où les gens sont éduqués et civilisés». Mais depuis, les relations entre les deux pays se sont détériorées.

L´avion du président de la république de Guinée équatoriale a été séquestré en juin à Cointrin dans le cadre d´une procédure civile initiée par le groupe de télécommunication Orange. Il dort depuis toujours à Genève Aéroport. Lucien Fortunati

4. Ballet d´avions à Cointrin

A Cointrin, l´avion présidentiel dort dans un parking jouxtant le tarmac. Aucun autre appareil équato-guinéen ne s´est posé à Genève depuis son séquestre en juin. L´an dernier, la valse des jets du régime avait atteint un sommet. 

Quarante-trois décollages et autant d´atterrissages d´avions immatriculés dans ce pays ont été répertoriés en 2016 à l´aéroport. Surtout un Falcon 50 et un Falcon 900. Sur le front des jets privés, aucun autre Etat africain n´est autant représenté à Cointrin que la Guinée équatoriale, cette nation six fois moins peuplée que la Suisse, l´une des plus petites du continent. Le régime de Malabo figure en tête de liste avec quelques monarchies du Golfe d´un compte Twitter recensant les mouvements à Genève des avions appartenant aux nations dictatoriales.

Des atterrissages et des décollages à propos desquels Genève Aéroport ne communique pas, discrétion diplomatique oblige. Ces vols sont identifiés par le truchement d´un autre canal, inédit. Un ancien mathématicien et informaticien du CERN, dérangé par le trafic incessant au-dessus de Versoix, capte les émissions des transpondeurs des appareils qui se posent ou qui décollent, des avions commerciaux aux hélicoptères en passant par les vols d´entraînement et le fret. Des données qui font sans doute de notre aéroport le plus transparent au monde, malgré lui.

Quatre autres aéronefs équato-guinéens, plus imposants, ont régulièrement atterri à Cointrin entre 2015 et 2016, dont un Ilyushin immatriculé en Russie capable de transporter plus de cent tonnes de fret. Trois d´entre eux font partie de la compagnie équato-guinéenne Ceiba Intercontinental, interdite de vol dans l´Union européenne. A Genève par contre, les trois appareils ont pu atterrir à 21 reprises entre février 2015 et septembre 2016

Sans compter cet avion qui a fait couler tant d´encre aux Etats-Unis, un Gulfstream G-5 jadis enregistré dans les îles Caïmans qui s´est posé à 36 reprises au bout du lac entre avril 2008 et septembre 2011. L´aéronef a été acheté pour 38,5 millions de dollars en 2006 par une société écran des îles Vierges britanniques, Ebony Shine International Ltd, dont le bénéficiaire était, selon la justice américaine, Teodorín Obiang, alors ministre des Forêts et de l´Agriculture. Aux yeux des procureurs américains, le jet a été acquis avec de l´argent sale. 

Les passagers? Presque toujours les mêmes: le couple présidentiel, Teodorín, Justo et Pastor, des représentants du pays à l´ONU, des proches. La première dame et Justo étaient dans le Boeing qui s´apprêtait à décoller de Cointrin ce fameux 20 juin, quand il a été arraisonné par la justice genevoise. Moins de deux ans après l´achat de la maison d´Anières, le climat a bien changé.

Max Liniger-Goumaz (à g.) et Valentin Oyono Sa Abegue. Laurent Guiraud

L’historien suisse

Le principal historien de la Guinée équatoriale est… un Genevois. Personne n´a écrit autant de livres sur ce petit Etat d´Afrique que Max Liniger-Goumaz. Plus de quarante essais, dictionnaires et bibliographies consacrées à ce pays ont été signés de sa main. Le dernier, Guinée équatoriale: un demi-siècle de terreur et de pillage (chez L´Harmattan), a été publié en février dernier.

Le chercheur a sillonné l´Afrique, du Zaïre de Mobutu à la Côte d´Ivoire, la Rhodésie (actuel Zimbabwe), le Cameroun et la Guinée équatoriale. Il a appris l´espagnol pendant la Deuxième Guerre à l´école de commerce de Genève. Un atout qui, après un séjour dans un institut pédagogique à Léopoldville (l´actuelle Kinshasa), l´amènera sur sol équato-guinéen en 1972. Il participe à la création d´un centre éducatif chapeauté par l’UNESCO à Bata, la deuxième ville du pays.

Centre éducatif? Deux mots qui ne plaisaient guère à Francisco Macías Nguema, premier président du pays (et oncle du chef d’Etat actuel). L´homme fort, dont on dit qu´il avait la phobie de ceux qui ont étudié, a banni l´usage du mot «intellectuel» à cette époque. «En 1974, en vacances en Suisse, j´ai reçu un coup de fil de l’UNESCO comme quoi j´étais déclaré persona non grata en Guinée équatoriale», se souvient Max Liniger-Goumaz. Il ne remettra plus les pieds au pays et il se mettra à écrire «non par vengeance mais par passion».

Son dernier livre est préfacé par Valentin Oyono Sa Abegue, un citoyen genevois, ex-étudiant à Fribourg dans les années 1970. Sa présence en Suisse tant d´années plus tard est aussi due à Francisco Macías Nguema. Le dictateur, dans sa croisade contre les intellectuels, force en 1972 ses compatriotes étudiant à l´étranger à rentrer au pays. Valentin Oyono refuse. Il devient apatride et finit par obtenir l´asile puis le passeport à croix blanche. Il fondera une famille à Genève.

Plusieurs étudiants équato-guinéens à Fribourg, dont Valentin Oyono, et Cruz Melchor Eya Nchama, conseiller municipal (PS) au Grand-Saconnex, fondent d´ailleurs à Genève, en 1974, l´Alianza Nacional por la Restauración Democrática de Guinea Ecuatorial. L´ANRD deviendra le principal parti d´opposition du pays. Il puisera sa force auprès des Nations unies mais s´essoufflera après le coup d´Etat de 1979.

La maison d’Anières semble vide depuis le séquestre de l’avion présidentiel à Cointrin en juin 2017. Georges Cabrera

5. Propriétés à Genève

C´est avec sa Rolls-Royce crème, accompagné de son chauffeur et de son assistant, qu´un Justo Obiang tatoué et habillé en rappeur est venu pour la première fois visiter la maison d´Anières à la fin de 2013. Quelques semaines plus tard, le 6 janvier 2014, les trois hommes – tenue similaire, même véhicule – passent chez le notaire de l´étude Poncet, Buhler, Lacin & Vallery. Justo signe l´acte d´achat en son nom propre. Il a 27 ans, les 6,4 millions de francs sont rapidement payés.

Après tant d´années en Suisse, il était temps de s´y installer pour de bon. Nés en mai 1986, Justo et Pastor sont passés par le Collège du Léman, à Versoix, avant d´étudier sept ans durant à l´Institut Le Rosey, à Rolle. Pastor s´est ensuite posé sur les bancs de la European University de Genève tandis que son frère a suivi des cours à la Webster University et loué un cinq-pièces meublés à Féchy (VD). 

Pastor a vécu dans un appartement au centre de Genève, tout près du Muséum, où il a eu un fils au printemps 2016 avec sa femme, qui était encore de passage le mois dernier. Le bébé? Sa grand-mère, la première dame, veille sur lui, ce qui explique en partie pourquoi l´année 2016 a été si intense à Cointrin. Depuis, la petite famille a quitté Genève, mais dans l´immeuble, la boîte aux lettres de deux appartements affiche toujours le nom de la femme du président.

L’immeuble proche du Muséum dans lequel Pastor Obiang a vécu. Georges Cabrera

En 2008, le président Obiang était sur le point de craquer pour un immeuble en Vieille-Ville pour quelque 25 millions de francs. Le notaire avait donné son feu vert, mais la banque genevoise partenaire hésita quand elle vit que l´argent émanait d´une société équato-guinéenne et non du président lui-même. Ce dernier avait beau en être l´unique actionnaire et bénéficiaire, la banque choisit d´alerter les autorités, qui gelèrent l´argent. Un séquestre rapidement levé par la justice, mais l´achat ne se fit pas. Teodoro Obiang ne se sentait plus le bienvenu dans le canton.

Une tentative similaire semble aujourd´hui vouée à l´échec. Teodorín a confié en 2009 à un avocat bernois basé dans le canton de Vaud, Pierre-André Wenger, le mandat de trouver 5000 m2 habitables à Cologny. Son choix se portera sur le terrain du roi Fahd, à Collonge-Bellerive, mais des questions d´autorisation de construire l´auraient refroidi. «Il voulait faire quelque chose de grand car ses deux frères ne vivaient pas loin et il se sentait protégé en Suisse», indique Pierre-André Wenger.

Une villa à Cologny, appartenant à la Guinée équatoriale, a été séquestrée dans le cadre de la procédure civile liée à Orange. Georges Cabrera

Seuls les biens réservés aux diplomates, propriétés de l´Etat guinéen, donnent encore des signes d´activité, même si l´un d´eux – une maison à Cologny acquise en 2005 pour 2,6 millions de francs – a été séquestré dans le cadre de la procédure civile initiée par Orange. La Guinée équatoriale possède aussi trois appartements au Petit-Saconnex. Parmi les pays africains, le petit Etat d´Afrique centrale est le cinquième plus gros propriétaire dans le canton, aux côtés de poids lourds comme l´Egypte et le Nigeria.

L’Etat guinéen possède des appartements dans cet immeuble situé au Petit-Saconnex. Georges Cabrera

Quelques achats de Teodorín Obiang

Chèque pour Ferrari

Un chèque pour Ferrari au nom du président de la Guinée équatoriale, Teodoro Obiang. Global Witness

Une liste non-exhaustive. Les achats de voitures, montres, œuvres d´art, habits (voir à ce sujet ce reportage de zone interdite) ou autres grands vins, trop nombreux, ne sont pas inclus. Ces dernières années, les acquisitions spectaculaires au nom de Teodorín Obiang, ou d´une société dont il est le bénéficiaire, auraient cessé. La justice genevoise soupçonne que les emplettes soient depuis faites au nom de la Guinée équatoriale mais qu´elles servent plus à des fins récréatives qu´officielles.

2001Maison à Los Angeles pour 6,5 millions de dollars. Teodorín n´y habitera jamais, ses goûts ayant vite changé après l´achat: le bien serait trop contemporain à ses yeux.
2004Bungalow à Clifton, un quartier résidentiel de Cape Town, en Afrique du Sud pour 23,5 millions de rands (deux millions de francs). Le bungalow a été saisi par la justice sud-africaine en octobre 2017. Achat, également en 2004, d´une maison à Fourth Beach, une plage proche de Clifton, pour 35 millions de rands (3 millions de francs).
2004Immeuble au 42, avenue Foch, à Paris, pour 25 millions d´euros.
2006Demeure à Malibu pour 35 millions de dollars.
2006Jet aux Etats-Unis pour 38,5 millions de dollars.
2009Tour de 36 étages à São Paulo, au 1723, rua Haddock Lobo, par le biais d´une société vaudoise.
2014Achat du yacht «Ice» par une société d´Etat équato-guinéenne.
2015Livraison du yacht «Ebony Shine», acheté par une société d´Etat équato-guinéenne.

Sources: Justice française, Justice américaine, Global Witness, médias.

Teodorín s´est rendu à plusieurs reprises à Gstaad pour skier. Cette photo date par exemple de 2012. DR

6. La saga des voitures

Le 31 août 2016, une Lamborghini Veneno blanche – un modèle éminemment rare – s´arrête à l´hôtel Kempinski. Au volant, un Tunisien en charge de l´entretien des véhicules du clan Obiang. Les photographes se bousculent presque. On se dit que le véhicule immatriculé à Bioko-Norte, la province équato-guinéenne où se trouve Malabo, doit aussi faire son effet, là-bas. 

Le véhicule n´est pas rentré au pays. Il a été confisqué par la justice genevoise à la fin de 2016. Onze automobiles ont été saisies à l´aéroport et douze chez des concessionnaires de Genève et de Nyon. Les Bugatti, Ferrari, Koenigsegg, Mercedes, Porsche, McLaren et Lamborghini dorment toujours quelque part sur la Rive gauche. Toutes sont immatriculées en Guinée équatoriale – sauf une Porsche jaune aux plaques genevoises – et appartiennent officiellement à Ototong, une société équato-guinéenne chargée de gérer le parc automobile de l’Etat.

Teodorín s´est rendu à deux reprises au festival de jazz de Montreux, en 2015 et 2016. DR

Si Ototong a été fondée en mai 2014, les modèles sont plus anciens. Ils avaient été acquis par Teodorín en personne ou par le biais d´une de ses sociétés. 

La première emplette du genre dont la Tribune de Genève a eu connaissance a été répertoriée par Global Witness en juin 1998. Teodorín se laisse alors tenter par une Ferrari 550 Maranello. La dernière – une Ferrari F12 payée par Ototong – a été effectuée en juin 2016. Elle fait suite aux acquisitions, quelques mois plus tôt, d´une Mercedes S600 Maybach, d´une Ferrari Alemania et d´une Koenigsegg. Comme quoi les poursuites n´arrêtent pas les emplettes.

La collection a également été constituée en France. Une bonne vingtaine de bolides haut de gamme ont été arraisonnés en 2011 par la justice hexagonale. Dans le lot figurait une Bugatti portant l´inscription «special edition 669 Made for M. Teodoro Nguema Obiang».

Qu´elles finissent à Paris ou à Malabo, les voitures passent depuis longtemps par la Suisse. A la fin de 2006, Teodorín s´est d´ailleurs fait défavorablement connaître des douaniers français pour en avoir importé de la Confédération sans les déclarer. 

Il les faisait transiter par une société genevoise depuis une décennie, à raison de quatre à cinq convois par an, de la maison d´Anières à l´aéroport de Vatry, à l´ouest de Paris, et celui de Francfort, où l´avion cargo de Ceiba Intercontinental le faisait transiter. Les véhicules, quand ils ne suivaient pas les déplacements du clan Obiang, allaient se faire réparer chez les constructeurs, en Italie ou en Allemagne. Ils étaient souvent en sale état. En 2015, un garage genevois a fait centraliser les opérations dans le canton, où se trouvent les concessionnaires nécessaires à l´entretien des véhicules.

Les deux sociétés ont perdu gros avec les séquestres. Chacune traitait avec le clan Obiang par le biais d´un intermédiaire suisse différent: l´un a perdu un mandat, l´autre par contre demeure un partenaire clé de Teodorín. C. B. a beau avoir encore une adresse à Nyon, c´est à Malabo qu´il habite désormais.

Crise diplomatique à Berne

Attaquer un vice-président en fonction, c’est du jamais vu. Le Ministère public genevois, ce faisant, a causé une crise entre Berne et Malabo, qui se plaint d’une violation de l’immunité diplomatique d’un homme d’Etat. Pour calmer le jeu, plusieurs rencontres ont eu lieu entre la cheffe de la division Afrique subsaharienne au Département fédéral des affaires étrangères (DFAE), Anne Lugon Moulin, et des délégations de Guinée équatoriale, à la demande de ces dernières.

Le DFAE n’est pas en mesure d’intervenir dans une procédure judiciaire en vertu de la séparation des pouvoirs. Selon nos sources, l’institution voit d’un mauvais œil l’action de la justice genevoise.

Des observateurs se demandent en outre pourquoi rien n’est entrepris auprès des monarques du Golfe, omniprésents dans le canton. Eux viendraient après tout aussi avec leurs voitures de luxe, ils possèdent aussi des biens à Genève et leur richesse, pas forcément bien acquise, émane aussi des hydrocarbures.

Le yacht Ice, propriété d´un homme d´affaires lucernois, a été vendu en juillet 2015 à une société appartenant à la Guinée équatoriale. Cette photo date d´avril 2014. Le vice-président et ses proches testaient alors le navire dans l´optique d´une éventuelle acquisition. DR

7. … et des yachts

Ses contacts en Europe et ses connaissances en matière d´aviation privée en font un rouage essentiel du pouvoir dans ses relations avec l´extérieur. A tel point qu´il est cité en tant que prévenu dans la procédure pénale genevoise. 

La justice soupçonne C. B. et A. S., avocate dans une étude du centre-ville, d´avoir joué un rôle clé dans l´acquisition par la Guinée équatoriale soupçonnée d´être frauduleuse de deux yachts, l´Ebony Shine et l´Ice. A. S. est allée à maintes reprises à Malabo conseiller Teodorín et le Ministère de la défense de ce pays dans l´acquisition des navires, et c´est souvent avec C. B. qu´elle a traité, lui qui est le représentant du vice-président sur ce dossier. 

Le pays a déboursé plus de 200 millions de dollars pour acquérir les yachts, c´est quinze fois son budget annuel de la santé publique, selon la Banque mondiale. 

Les deux yachts ne se sont jamais rendus en Guinée équatorialeLes trajets des deux yachts depuis qu’ils sont la propriété de l’Etat équato-guinéen. Avant son séquestre, l’Ebony Shine devait rejoindre la Guinée équatoriale. Source: MarineTraffic

Les yachts devaient-ils servir le pays? C´est toute la question, selon le Ministère public. Les bateaux, après tout, ne se sont jamais rendus en Guinée équatoriale. Mais ils ont été acquis récemment et ils devaient, comme les voitures, subir des travaux d´entretien dans les pays compétents, selon Malabo. Une cérémonie officielle était d´ailleurs organisée pour recevoir l´Ebony Shine peu de temps après sa saisie en décembre dernier par la justice genevoise dans un port néerlandais. 

Un gel qui coûte deux mille euros par jour en frais d´entretien au contribuable genevois. Et qui peut paraître absurde: on saisit un bateau appartenant à la Guinée équatoriale pour devoir le lui restituer ensuite, le pays étant aussi le lésé dans cette affaire.

Le séquestre des voitures n´a pas autant affecté Teodorín – il en aurait encore tellement dans son palais à Malabo – que celui du yacht, selon une source. Lui, il le voulait vraiment. En 2009 d´ailleurs, il avait cherché à faire construire un modèle inspiré du bateau du milliardaire Roman Abramovitch, propriétaire du Chelsea FC, qui aurait dû lui être cédé pour 288 millions d´euros, selon un rapport de l´ONG Global Witness. Pour discuter design, une réunion se serait tenue entre Teodorín et le constructeur en Suisse. Mais Global Witness aurait tout fait capoter.

Histoire d´un couple improbable

Les procureurs genevois veulent interroger Christina Mikkelsen. Le top-modèle a en effet bien connu Teodorín Obiang. Tout a commencé en juin 2013, quand la Danoise, tout juste couronnée «bride of the year» à Macau, était invitée à Malabo en compagnie d´autres mannequins.

La Guinée équatoriale s´échauffait en vue du concours de «Miss Tourism» qui allait se tenir sur son sol quatre mois plus tard. Sofitel, fête, golf et jet-ski: un décor parfait pour une rencontre avec Teodorín, un homme d´Etat réputé pour son tempérament festif. «Nous sommes vite tombés dans la conversation, il y avait une bonne chimie dès le début», indiquera plus tard la jeune femme à un tabloïd. Lui fêtait ses 44 ans, elle en avait vingt. 

C´est au large de la Turquie que les tourtereaux apprendront à mieux se connaître en avril 2014, sur un yacht, l´Ice (qui n´appartenait alors pas encore à la Guinée équatoriale). Une des rares photos publiques où on les voit ensemble date de ce voyage. En septembre rebelote à Cuba, notamment autour d´un flyjet et d´un Segway. Sans le yacht cette fois.

Gâtée par Teodorín, elle l´a été. Une relation intense s´instaure, entre gâteau sur trois étages pour son anniversaire, bouquets de fleurs et macarons quand elle est malade, virée en hélicoptère, visites dans des écoles africaines, dîner de gala, safari de luxe au Zimbabwe et ski à Gstaad. La Scandinave vit désormais en Guinée équatoriale, où elle voyage en jet ou en hélicoptère, pourquoi pas avec ses copines.

On la voit tour à tour au siège conducteur d´une Lamborghini, apprendre à manier une arme à feu, à l´église, sur une terrasse du palais présidentiel à contempler les tropiques. 

A la fin de 2015, on retrouve le couple sur l´Ice, qui appartient désormais au Ministère de la Défense équato-guinéen et qui mouille dans les Caraïbes. Le bikini turquoise de Christina a la même couleur que la mer. 

Mais aujourd´hui, la Danoise ne parle plus de cette histoire qui s´est terminée début 2016, deux ans et demi après leur première rencontre. Le mannequin veut tourner la page: elle aurait un nouveau copain et sur les réseaux, elle a supprimé de nombreuses photos de sa relation précédente.

Quant à Teodorín, il interagit sur Instagram avec d´autres femmes de renom, du top-modèle Chanel Iman à la fille du président angolais, Isabel dos Santos.

Paris, 42 avenue Foch. Les autorités françaises procèdent à une perquisition. En septembre 2011, onze voitures censées appartenir à Teodorín Obiang ont été saisies. AFP

8. Valse des administrateurs suisses

De 2009, le grand frère de Justo retient aussi d´excellents souvenirs. En mai, pour son dernier voyage en Europe, Michael Jackson et sa sœur Janet se rendent en effet au 42, avenue Foch. Dans son immeuble. Teodorín est en joie, lui qui est un immense fan du chanteur et qui est si sensible aux charmes de Janet. Ils ont accepté son invitation.

Au sous-sol, il a fait aménager une discothèque en l´honneur de la vedette américaine. On y trouve notamment le gant serti de diamants porté par Michael dans son album phare Thriller, des disques en or, des costumes de la star.

Mais c´est surtout pour Janet que les efforts sont produits. Teodorín fait importer 200 000 roses couleur rouge amour. Une tâche qu´il confie à ses administrateurs, Pierre-André Wenger et le Vaudois Rodrigo Leal. Trois semaines durant, les Suisses se démènent pour faire venir les fleurs de partout en Europe, en camion, en avion, chez les fleuristes du coin, auprès des producteurs hollandais.

Tout est payé par Somagui Forestal, la société équato-guinéenne dirigée par le fils du président. Pierre-André Wenger et Rodrigo Leal sont les administrateurs de cinq sociétés genevoises et fribourgeoises elles-mêmes propriétaires de l´immeuble du 42, avenue Foch et dont l´unique actionnaire est Teodorín. Au moindre coup de fil, ils doivent être prêts à partir immédiatement à Paris.

Comme ce fameux 27 octobre 2010, sept ans jour pour jour avant le verdict de la justice française. Une conversation clé au téléphone a lieu entre le fils aîné du président, qui vient d´atterrir à Paris, et Pierre-André Wenger, qui grelotte dans la gare de Palézieux. «Arrête d´acheter en ton nom propre», lui dit le Suisse. L’Africain répond: «On ne mettra jamais en prison un président en exercice (ndlr: il était alors ministre, mais il a souvent été présenté comme le probable successeur de son père)!» Réponse cinglante du Bernois: «Tu seras le premier!» 

A Paris, tout aurait commencé en décembre 2004, quand Teodorín acquiert les sociétés suisses propriétaires de l´immeuble de l´avenue Foch. La transaction est supervisée par une étude genevoise, Peter & Python. Tout est discret: le nom du fils du président n´apparaît jamais dans les documents; pour cela il y a les administrateurs suisses, à l’époque Jacques Python et Nicolas Hoffmann. Ils seront remplacés par un autre Genevois, Guillaume de Rham, puis par un Schwytzois, André Raeber.

Pierre-André Wenger et Rodrigo Leal le remplacent en 2009, peu avant l´arrivée de la famille Jackson. Et convainquent finalement Teodorín de transmettre les sociétés, donc l’immeuble, à son pays, ce qu´il fera en 2011. Entre-temps, les deux Suisses auront été remplacés.

Le dernier administrateur en date, Choong-Ping Lai, est un associé du cabinet genevois Finova. Sa mission doit être d’autant plus complexe que cet été, une nouvelle procédure en justice a été ouverte, à Fribourg, contre les sociétés propriétaires de l´immeuble par un cabinet d’architectes parisien. Motif: 1,1 million de francs de factures impayées. Contacté, Choong-Ping Lai n’a pas souhaité s’exprimer.

Il n´est pas le seul à choisir le silence. Nicolas Hoffmann, ex-administrateur des sociétés de l´avenue Foch et avocat de la Guinée équatoriale dans la procédure fribourgeoise, ne parle pas non plus, tout comme le clan Obiang. D´autres intermédiaires, comme le directeur d´une société de vidéosurveillance genevoise qui compte la famille Obiang comme client depuis des années, préfèrent aussi se taire. 

En attendant, la maison d´Anières pourrait rester vide quelque temps encore. Justo songerait à la vendre, tout comme il a remis sa Rolls-Royce crème. Et Teodorín délaisse l´Europe. La dernière fois qu´il est venu, en septembre 2016, il a été aperçu à la fête de la bière à Munich.

La famille Obiang silencieuse

Impossible de joindre la famille Obiang ou un haut représentant de la Guinée équatoriale dans le cadre de cette enquête. Une lettre officielle, envoyée en trois langues (français, espagnol et anglais), comme demandé par le porte-parole du vice-président de la Guinée équatoriale, lui a pourtant été adressée. Sans réponse. Un autre courrier (en anglais avec traduction française) a été déposé dans la boîte aux lettres de la maison à Anières. Pas de réponse. Quand on toque dans les appartements de l´immeuble proche du Muséum ou à la résidence de l´ambassadeur, à Cologny, on nous signifie de contacter l´ambassade. Ce qui a été fait, par courriel et sur place. Sans succès. Par le biais des avocats de la Guinée équatoriale à Genève? Personne n´a souhaité commenter.

Publié le 27 octobre 2017



Fuente: https://www.tdg.ch/extern/interactive_wch/tdg/obia

¡Nota importante!
El contenido de los artículos publicados no refleja necesariamente la opinión de la redacción de guinea-ecuatorial.net
Véase también la declaración sobre el uso de seudónimos

Usuarios en linea: 263


Noticias
Recientes

Síguenos en:

© Guinea-Ecuatorial.net (Nvo Zang Okenve 2004 - 2014) - Foro Solidario por Guinea. Todos los derechos reservados. email: info@guinea-ecuatorial.net

'